Le quartier

J'aime_mon_quartier

cliquez-ICI    ========>   Le quartier  <========    cliquez-ICI

« Le quartier. Qu’est ce qu’un quartier ? T’habites dans le quartier ? T’es du quartier ? T’as changé de quartier ? T’es dans quel quartier ?

Ca a vraiment quelque chose d’amorphe, quartier: une manière de paroisse ou, à strictement parler, le quart d’un arrondissement, le petit morceau de ville dépendant d’un commissariat de police…

Plus généralement: la portion de la ville dans laquelle on se déplace facilement à pied ou, pour dire la même chose sous la forme d’une lapalissade, la partie de la ville dans laquelle on n’a pas besoin de se rendre, puisque précisément on y est. Cela semble aller de soi; encore faut-il préciser que, pour la plupart des habitants d’une ville, cela a pour corollaire que le quartier est aussi la portion de la ville dans laquelle on ne travaille pas: on appelle son quartier le coin où l’on réside et pas le coin où l’on travaille: et les lieux de résidence et les lieux de travaille ne coincident presque jamais: cela aussi est une évidence, mais ses conséquences sont innombrables.

La vie de quartier

C’est un bien grand mot.

D’accord, il y a les voisins, il y a les gens du quartier, les commerçants, la crémerie, le tout pour le ménage, le tabac qui reste ouvert le dimanche, la pharmacie, la poste, le café dont on est, sinon un habitué, du moins un client régulier (on serre la main du patron ou de la serveuse).

Evidemment, on pourrait cultiver ces habitudes, aller toujours chez le même boucher, laisser ses paquets à l’épicerie, se faire ouvrir un compte chez un droguiste, appeler la pharmacienne par son prénom, confier son chat à la marchande de journaux, mais on aurait beau faire, ça ne pourrait même pas donner l’illusion d’être la vie: ça créerait un espace familier, ça susciterait un itinéraire (sortir de chez soi, aller acheter le journal du soir, un paquet de cigarettes, un paquet de poudre à laver, un kilo de cerises, etc.), prétexte à quelques poignées de main molles, bonjour, madame Chamissac, bonjour, monsieur Fernand, bonjour, mademoiselle Jeanne, mais ça ne sera jamais qu’un aménagement douceâtre de la nécessité, une manière d’enrober le mercantile.

Evidemment on pourrait fonder un orchestre, ou faire du théâtre dans la rue. Animer, comme on dit, le quartier. Souder ensemble les gens d’une rue ou d’un groupe de rues par autre chose qu’une simple connivence, mais une exigence ou un combat.

La mort du quartier

C’est un bien grand mot aussi

(d’ailleurs, il y a beaucoup d’autres choses qui meurent : les villes, les campagnes, etc.).

Ce que je regrette, surtout, c’est le cinéma de quartier, avec ses publicités hideuses pour le teinturier du coin.

De tout ce qui précède, je peux tirer la conclusion, à vrai dire peu satisfaisante, que je n’ai qu’une idée très approximative de ce qu’est un quartier. Il est vrai que j’en ai pas mal changé, au cours de ces dernières années : je n’ai pas eu le temps de vraiment m’y faire.

Je me sers peu de mon quartier. C’est seulement par hasard que quelques-uns de mes amis vivent dans le même quartier que moi. Par rapport à mon logis, mes principaux centres d’intérêt sont plutôt excentriques. Je n’ai rien contre le fait de bouger, au contraire.

Pourquoi ne pas privilégier la dispersion? Au lieu de vivre dans un lieu unique, en cherchant vainement à s’y rassembler, pourquoi n’aurait-on pas, éparpillées dans Paris, cinq ou six chambres? J’irais dormir à Denfert, j’écrirais place Voltaire, j’écouterais de la musique place Clichy, je ferais l’amour à la Poterne des peupliers, je mangerais rue de la Tombe-Issoire, je lirais près du parc Monceau, etc. Est-ce plus stupide, en fin de compte, que de mettre tous les marchands de meubles faubourg Saint-Antoine, tous les marchands de verrerie rue du Paradis, tous les tailleurs rue du Sentier, tous les juifs rue des Rosiers, tous les étudiants au quartier latin, tous les éditeurs à Saint-Sulpice, tous les médecins dans Harley Street, tous les Noirs à Haarlem. »

Georges Perec, Espèces d’espaces

Hugo Baduel / Etienne Savey

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s