Les médias dans la Révolution française

Lutter pour l’opinion en période révolution…

Évènement clé de l’Histoire de France, la Révolution française s’étend de l’ouverture des États généraux, le 5 mai 1789, au coup d’État du 18 brumaire An VIII de Napoléon Bonaparte, correspondant au 9 novembre 1799. Elle marque la fin de l’Ancien Régime en remplaçant la monarchie absolue par une monarchie constitutionnelle avant la mise en place de la Première République. Suite à des siècles de domination de l’opinion, les voies de la France commencent à se faire entendre et revendiquent leur existence. Dans un contexte de bouleversement majeur, un questionnement peut alors se poser :

Qu’en est-il de la propagande médiatique sous la révolution française ?

Dans un cadre révolutionnaire, une véritable lutte s’installe entre les différents bords politiques pour imposer sa vision d’un nouveau pays. De 1789 à 1800, la presse a connu une expansion sans précédent, passant de quelques publications à environ mille trois cent cinquante journaux. Par ailleurs, cette expansion est marquée par des périodes d’interdiction de publication imposée par le pouvoir en place : censure et autocensure ne se font pas attendre.

Un nombre incroyable de journaux a été produit et publié pour le plus grand nombre. Certains qui existaient déjà ont connu une activité intense durant cette période, tandis que d’autres sont fondés. Révolutionnaires et antirévolutionnaires se sont farouchement opposés en grande partie à coup de publications journalistiques dans le cadre d’un monde de presse très actif.

On en vient donc à comprendre que la dimension de propagande se manifeste clairement. Plus les abonnés à un journal sont nombreux, plus les idées de l’un et de l’autre camp sont assurées d’être largement diffusées. De plus, on constate une véritable évolution de la cadence de production : feuilles quotidiennes, journaux hebdomadaires et autres publications assurent la propagation d’une information continue au sein de la société française afin de façonner progressivement l’opinion.

Image

L’Ami du peuple est un journal politique révolutionnaire français, créé et publié par Marat de 1789 à 1792, pour être remplacé par Le Journal de la République française. Il paraissait aussi sous forme de placards, signés « L’Ami du peuple », affichés sur les murs de Paris.

Image

Le Journal de Perlet est un journal politique de tendance royaliste fondé au début de la révolution par le journaliste et contre-révolutionnaire Charles Frédéric Perlet. Il changera souvent de titre et parviendra à échapper aux poursuites sous la Terreur.

Image

Cette parodie du célèbre tableau La Liberté guidant le peuple de 1830 d’Eugène Delacroix peut renvoyer à l’idée d’un peuple formaté par la presse et amené à se révolter.

Benkhelifa Feissal / Kansoussi Elias / Pesche Lucas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s