Vivienne Westwood, grande dame du mouvement punk.

Comment un style marginal est devenu une tendance aujourd’hui ?

Le mouvement punk naît de la crise des années 1970 en Angleterre, il exprime un anticonformisme et un refus de l’ordre établi à travers un mode vestimentaire.

En effet, devant la misère du peuple, des groupes de jeunes expriment leur refus de cette société injuste. L’heure est aux créations marginales. Les morceaux lacérés côtoient les accessoires et ornements faits à la main à partir de matériaux industriels. Le mot d’ordre? Do it yourself ! On ajoute des clous, des épingles à couches et du fil de fer aux vêtements.

Ce mouvement est porté par une créatrice, Vivienne Westwood. L’identité punk est modelée par ses modèles.

img-vivienne-westwood-1_141335774390

Who’s Vivienne Westwood ?

Surnommée « Notre-Dame des punks », « l’extravagante miss Westwood » ou encore « drôle de dame », Vivienne Westwood est une créatrice d’une mode audacieuse, militante et anticonformiste.

Elle apparaît avec des minijupes de cuir enroulées de chaines et de cadenas, des tee-shirts troués, des filets à moitié arrachés, des talons aiguilles, des bas en vinyles et des cheveux blonds platinés hérissés.

« On délavait les tissus dans la baignoire. On tirait dessus. On les javellisait. »

Longtemps insulaire et plus que marginale, aujourd’hui elle est considérée comme la reine de la mode à Londres.

Punk is not dead !

L’héritage punk s’est aujourd’hui imprégné dans la haute-couture et le prêt-à-porter. On ne peut passer à côté de la popularité du short jeans effiloché qui accompagne maintenant les plus élégants vestons. On observe par exemple un retour des fameux studs qui ornent les talons des chaussures et les épaulettes des robes. En plus d’être l’objet vedette de certains vêtements, on peut les porter comme bijoux pour un look rebelle.

Image

Utilisation normalisée des « studs »

La coiffure culte du mouvement punk, le mohawk, se porte maintenant selon le niveau de tolérance au changement. Si certaines optent carrément pour le rasage, d’autres préfèrent la queue-de-cheval-mohawk, qui recrée l’effet. Pour les demoiselles qui portent leurs cheveux crépus ou frisés au naturel, embrassez vos origines et votre côté rebelle avec l’afrohawk. On opte pour des tresses collées le long de la tête et on laisse aller les frisous vers le ciel.

Image                                                                                                   La coiffure culte du mouvement punk le « mohawk »

Esther ADEQUIN, Emilie BERTHELOT, Julien DENIS, Sarah VASSEUR

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s