Où squattent-ils?

Nous nous intéressons essentiellement sur les squats parisiens. Il existe une logique de répartition spatiale de ces espaces illégaux dans la capitale. La base de donnée depuis 2000 montre que tous les arrondissements de Paris ont été concernés par l’installation d’un squat. Néanmoins, le 18ème, le 19ème, le 13ème et le 20ème sont les arrondissements les plus régulièrement confrontés à des squats.

Quels sont les facteurs qui facilitent l’installation d’un squat sur un certain territoire donné ?

Les rénovations urbaines lancées par la SIEMP dans le 18ème arrondissement influent-elles les squats ? Les niches de logements laissées vacantes par les bailleurs sont nombreuses. De plus, les quartiers de la Goutte d’Or ou plus au Nord attirent de nombreux usagers de drogue qui cherchent à s’abriter. De nombreuses friches dans le 19ème expliquent également la croissance des squats, comme Belleville. Le 13ème a connu des squats historiques (les Frigos, l’Atoll 13…) et de nombreux squat d’artistes en 2000. Le quartier est aujourd’hui très surveillé par les bailleurs. Il est plus difficile de squatter le centre de la ville de Paris. En effet, pour conserver une certaine vitrine touristique « ordonnée », la mairie ne tolère que très peu ce genre de mouvement. Mais les squats tels que le 59 Rivoli, la Marquise, les anciens Art Cloche montrent pourtant qu’il est possible d’occuper les arrondissements centraux.

Petit rappel, Florence Bouillon dénombre différentes typologies de squats « d’activité » (artistiques), « politiques » (militants) et « d’urgence » (de précaires, toxicomanes…). A Paris, il existe en grande majorité de squats artistiques. Mais le poids des squats d’urgence augmente de manière considérable depuis quelques années. Ces squats ne sont pas souvent « visibles » dans la ville contrairement aux façades expressives des squats d’artistes. Ils sont donc sous-estimés mais bien présents.

La carte ci-dessous montre les principaux lieux de squats dans Paris. Elle met en avant différents types de squat :

– les immeubles conventionnés (Cyan)

– les immeubles expulsés sans décision de justice (Rouge)

– les immeubles quittés volontairement par les occupants (Noir)

– les immeubles squattés (Vert)

– les immeubles squattés mais sans informations suffisantes (Blanc)

Carte des squats à Paris

Source : unmilitant.eu/memoiredessquats/ 

Pour aller plus loin :

COUTANT, I., Politiques du squat : sc.nes de la vie populaire . Paris, Paris, La Dispute, 2000

Site internet : INTERSQUAT, Intersquat de Paris, http://paris.intersquat.org/

Quentin Bellancourt, Eda Doyduk, Alec Surat, Jeremy Toumine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s