Internet : L’Art de la déterritorialisation

Voyager depuis chez soi, par un simple clic, sans jamais se soucier d’aucune frontière. Internet est sans doute l’un des outils de ce siècle, qui permet avec brio d’avoir le monde à la porter de ses doigts sans bouger d’un pouce !

Il semble qu’Internet permette de s’évader hors des frontières physiques pour s’approprier une réalité/ un monde virtuel. Avec internet sont nés de nouveaux réseaux virtuels qui ouvrent les individus à d’autres horizons. L’hypertexte permet ainsi de passer d’un endroit à un autre très rapidement juste en cliquant.

L’art, résolument avant-gardiste des tendances des diverses époques, a réussi à prendre sa place au sein de la toile. Le « cyberart » invente ainsi une nouvelle façon de s’exprimer à travers un outil qui révolutionne notre vie quotidienne, tout comme l’acheminement de l’eau au sein des habitations a révolutionné la façon de vivre des individus. Internet génère une évolution des comportements humains, ce qui a une répercussion au sein de l’art.

Olga Kisseleva est une artiste franco-russe qui développe depuis les années 90 un travail à travers divers médias: vidéo, photo, installation, performance, nouvelles technologies.

Elle interroge des faits de société, identitaires, territoriaux, artistiques, intellectuels, à travers une méthodologie scientifique, liée au post- modernisme.

Elle montre à travers ses travaux que le fait d’envoyer un mail ne dépend pas de l’endroit d’où l’on vient, mais du fait que l’on vive avec son temps au 21e siècle. La géographie ici importe peu, puisque toutes les frontières, les distances, les barrières sont abolies, c’est donc un moyen universel pour l’Homme de vivre sa vie de façon réelle ou virtuelle. C’est ce que tente de nous faire comprendre Olga Kisseleva par son œuvre «Where are you?». En s’adressant à tous de la même façon quel que soit nos origines, l’art est universel et permet d’être compris de tous.

Dans son œuvre «How are you» l’artiste pose cette question à des personnes de pays différents et recueille ces réponses sur ordinateur, elle crée ainsi des liens hypermédias entre toutes ces réponses qui forment un seul hypertexte, une réponse collective.

Ainsi, même si selon les pays la question n’a pas le même sens, les réponses génèrent un sens collectif qui donne naissance à cet œuvre interculturelle, où la frontière de la culture et du langage sont surpassés.

Les œuvres d’Olga Kisseleva montrent bien le phénomène de déterritorialisation qu’internet génère au sein de nos vies.

Image

Marine Franceschi_Lysiane Kaiser_Typhanie Deroin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s