Le comportement de l’individu induit dans la vie quotidienne

Nous avons vu précédemment que le conditionnement pouvait être un outil de contrôle pour les régimes totalitaires ou la mise en place d’idéologies utopiques. Dans ce dernier cas il s’agit d’un conditionnement au service d’une volonté forte de puissance et de stabilité.Le conditionnement s’observe au cours de notre quotidien, le plus insignifiant soit-il. En effet, notre pensée est façonnée et induite par notre appartenance socio-culturelle. Notre manière de vivre est profondément assujettie à des réflexes et à des acquis, assimilés au cours des générations.

 Pensée hygiéniste et les normes en architecture

Les principes hygiénistes issues du XIX° siècles en réaction aux problèmes d’insalubrité ont également eut un impact majeur sur les typologies d’habitat, dont certaines normes en gardent encore les traces. Un des aspects de cette idéologie, s’intéressant principalement aux classes les plus pauvres, est de socialiser l’individu par l’éducation. Cette éducation passe par l’Hygiène et la propreté. L’hygiénisme sous-tend une dimension programmatique. Le logement, d’après Monique Eleb, « est considéré par les possédants et les décideurs, comme l’outil éducatif par excellence » (L’invention de l’habitation moderne, Paris 1880-1914). Ainsi, la présence d’équipements de propreté donnerait conscience à l’homme de la façon dont il traite son corps et lui permettrait d’accéder au respect. Ces idées ont été le support expérimental de typologies de logements ouvriers, tel la tripartition de l’immeuble du boulevard Bessières des frères Feine (….), dont le plan présente les W.C., le vidoir et les postes d’eau regroupés dans un appendice technique, ouvert sur un balcon-dégagement et extérieur aux logements pour mieux isoler les activités salissantes de la salle commune. Les auteurs des traités d’hygiène ont également incité les architectes à adopter des implantations salubres du logement, cela par des préoccupations liées à l’ensoleillement, l’orientation des pièces en fonction de leur destination et la ventilation naturelle.

Autour de la notion de salubrité s’établissent des normes afin de contrôler les pratiques. Ainsi, des minima pour le volume des pièces sont fixés, où encore, on limite les dimensions des cabinets de toilette (à 1,25m x 1,8m) « en vue d’empêcher la transformation ultérieure des locaux accessoires en logements de nuit nécessairement insalubre ».

Les programmes des Habitations à Bon Marché (H.B.M) ont également fait l’objet des premières règles portant sur le volume et l’implantation de l’immeuble. L’hygiène étant une loi inconditionnelle, ces règles prévoient de remplacer les courettes par un élargissement des cours devenant des rues intérieures avec des jardins, afin d’améliorer l’aération et la pénétration de la lumière.

Enfin, l’instauration de normes d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite (PMR) a nécessité la réadaptation des typologies d’habitat. Ces normes tendent à intégrer un progrès social dans les mœurs et dans la vie quotidienne. Il s’agit de ne tolérer aucune ségrégation entre les personnes valides er les personnes handicapées, en partant du principe que le projet doit être adapté à tous les usagers.

Certaines typologies ont donc émergées et d’autres tendent à disparaitre, comme par exemple les appartements en duplex plus onéreux au niveau de l’accessibilité.

Les problématiques sociales, appuyées par des avancées techniques majeures, comme les salles de bain et de l’eau courante dans les logements, ont donc considérablement influencé les pratiques et idéaux, allant même jusqu’à instaurer des normes au sein de l’habitation. Ces normes, dont certaines sont encore d’actualité, sont ainsi peu à peu devenues des habitudes profondément ancrées dans notre société.

L’obsolescence programmée

Ce phénomène a induit un comportement de surconsommation, pour la stabilité du système économique. Bien que les faits soient différents, on constate une certaine similitude avec la manière de stabiliser le système économique dans Le meilleur des mondes d’ Aldous Huxley. Dans cet ouvrage, l’individu est conditionné à ne pas apprécier la nature. De cette façon, il est amené à choisir des activités plus coûteuses, nécessitant une consommation plus importante. Le système économique est donc assuré.

Avec l’obsolescence programmée, la méthode est différente mais le but reste le même : susciter le besoin de consommer. Au début du 20ème siècle, le matériel et les outils de la vie quotidienne étant toujours plus performants, le besoin de les renouveler diminua. Aussi pour répondre au besoin de croissance économique, à partir des années 1920, les industriels demandèrent aux ingénieurs de revoir la composition des produits afin diminuer leur performance sur le long terme. Pour contrebalancer ces défauts volontaires, on en est arrivé à proposer des objets de plus en plus équipés, pour susciter également chez le consommateur l’envie de changer et de toujours racheter. De cette façon, la sensation de frustration du consommateur est camouflée par l’envie de toujours plus. L’enseigne Apple est un exemple de ce procédé  très présent dans notre quotidien, où tout est anticipé pour susciter le désir de consommation. Cela en partant d’une simple batterie inéchangeable sur un Ipod jusqu’à la commercialisation d’un produit en fait obsolète, le suivant étant déjà programmé.

Pour aller plus loin voici un reportage d’Arte : ARTE+7 – Prêt à jeter Obsolescence programmé

Ces phénomènes sont profondément ancrés dans notre inconscient, que se soit dans l’intérêt d’un système économique ou à travers des habitudes héritées d’anciennes normes tels que les normes hygiénistes.

Pauline Combe, Morgane Guillemin, Léa Hollier-Larousse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s