Le street-art, populaire et urbain

Les street-artists ont une connaissance de la ville, et cherchent également à la mettre en valeur, à révéler des lieux, à laisser une trace positive. Le support urbain est un élément intrinsèque à la singularité de cet art. Une toile graffée ou un collage, exposés dans un musée n’envoient pas les mêmes messages qu’une œuvre mise en scène dans la ville. Et pourquoi ? Tout d’abord, il nous semble que le street art est un art spontané, dans son exécution, comme dans son appréciation. Ce qui plait tant dans cet art, c’est qu’on le découvre au passage d’une rue, qu’il nous atteint, sans que nous ayons fait la démarche d’aller vers lui. Il prend place dans un cadre moins conventionnel que celui d’un musée. Au delà de ça, il prend sens avec la ville, et est intimement lié à cet environnement.

Pour tenter de laisser sa place au street-art, est il possible de modifier les lois ? Malheureusement, il nous semble compliquer d’adapter la législation rigide, qui ne peut faire d’exceptions ou de dérogations. De plus, l’art n’est pas vraiment une discipline de réglementation, mais plutôt d’expression libre, qui perd tout sens quand il rentre dans une case.

Nous l’avons déjà précisé, ce support, c’est celui de la culture populaire. Il est d’ailleurs choquant de voir certaines marques de luxe ou de vêtement, reprendre les codes du street-art pour décorer leurs gammes de sac à main, vêtements, … Ils montrent alors leur ignorance et manque de cohérence, en détournant un art populaire, pour vendre des produits à cinq SMIC. C’est ce que va dénoncer le street-artist Kidult, de manière assez violente. La première vidéo jointe à l’article montre l’action de Kidult, qui en réaction à ce phénomène, va repeindre à l’extincteur, les devantures de boutiques de luxe. Cependant, il faut bien dire qu’ici, la limite entre expression artistique et vandalisme est floue. Mais le message est bien là, et il est reçu.

La réaction de Kidult envers les boutiques de luxe : http://www.youtube.com/watch?v=0CdSLDjv0j0

Street-Art : Entre Transgression et Transactions : http://www.youtube.com/watch?v=dc8NIPEocr8

 

Tristan Bazot, J-F Thierry, Charles Allainmat, Geoffroy Lomet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s