Les passions et les intérêts Albert O. Hirschman

Albert O. Hirschman, économiste, a été professeur à l’Université de Princeton. Cet ouvrage, paru aux États-Unis en 1977 avec un certain retentissement, fut traduit par Pierre Andler et publié en 1980 dans la collection « Sociologies ».

 

La première partie : Comment, pour combattre les passions, on fera appel aux intérêts ?

 

L’honneur et la gloire constituent les principales motivations des hommes. Cependant, les hommes sont tels qu’ils sont, et non comme les philosophes voudraient qu’ils soient, et sont ainsi dominé par d’autres passions tumultueuses. Avec le déclin de la religion, les réflexions de l’époque se concentrent sur la manière de contrôler les passions et d’eviter que l’ordre social soit instable.

 

Le principe de la passion compensatrice se fonde sur une conception pessimiste de la nature humaine et de ses passions destrutrices. Cespendant, certaines passions sont considérées comme inoffensives et pourraient ainsi contrebalancer les passions dangeureuses. Ce concepte de passion inoffensives redonne une connotation positive aux passions humaines, mais doit etre défini avec plus de précision, c’est là que la notion d’intérêt apparaît.

 

Le concept d’intérêt a d’abord été défnini par Machiavel comme l’ensemble des aspirations humaines. Mais son sens a évolué pour devenir strictement économique. Hirchman nous décrit un interêt synonyme (avantage économique). La recherche de la fortune personnelle ou pluôt l’avarice ayant toujours été considéree comme vice, l’intérêt devient alors cette passion inoffensive capable de dompter les passions des hommes.

 

Au XVIIIe siecle, l’intérêt , synonyme d’espoir, devient le paradigme dominant , en se plaçant entre la passion et la raison.  De plus, l’intérêt a vovation à stabiliser l’ordre social, car il présente des avantages de prévisibilité et de constance. En effet, tous les hommes suivent leurs intérêts, ce qui perment d’eviter l’irrégularité d’une société gouvernée par la fougue des passions.

 

Enfin, l’intérêt comme théorie dominante amène une pacification des rapports sociaux , c’est le doux commerce de Montesquieu.

 

HUANG Bo, SEIGNOL François, GUO Chuan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s