Synthèse : Comment expliquer les motivations des individus dans au sein de notre société ?

Suite à ces différentes lectures sur la motivation des individus, nous nous sommes rendu compte qu’il était possible d’expliquer celles-ci au travers de divers concepts et objets d’étude. Chaque sociologue (Albert O.Hirschamnn, Howard Beckert, et Erving Goffmann) aborde cette question sous l’aspect de la psychologie de l’homme, des structures et des interactions entre individus, ou bien par l’étude des modes de vie et de la représentation sociale de notre société.  

D’après Albert O.Hirschamnn, l’honneur et la gloire constituent les motivations premières des hommes, elles se basent sur une conception pessimiste et destructive de la nature humaine. Il met alors en place le principe de passion compensatrice pour contrer ces pulsions dévastatrices. Ces passions compensatrices sont inoffensives, le sociologue instaure alors le concept « d’intérêts » comme étant l’ensemble des aspirations humaines.  Définit par Machiavel ce concept à évolué en un sens strictement économique et s’est placé entre la passion et la raison. Cette notion permet alors de stabiliser l’ordre social car il présente des avantages constants et  une visibilité sur le long terme. Le sujet d’observation de ce sociologue devient la psychologie de l’individu partagée entre raison et passion, l’intérêt personnel traduit au sens économique explique alors les motivations premières de chaque individu.

Erving Goffmann a quand pour sujet non pas l’individu dans notre société mais les interactions et structures des expériences sociales entre les individus. Ceux-ci sont rejetés en périphérie dans la prise en compte du sujet. Selon lui, l’interaction représente la plus petite unité qui permettrai d‘expliquer les modèles comportementaux de nos sociétés actuelles.

Les interactions sociales quotidiennes sont selon lui composées de structures et de rituels. Afin de mieux les comprendre, ce sociologue instaure le concept de « théâtre ». Celui-ci permet d’identifier les individus comme des acteurs au sein d’une mise en scène chacun guidés par leurs motivations personnelles. Ceux-ci enfilent un masque le temps d’une représentation afin de fournir la meilleure image d’eux-même.

La spécificité de ce sociologue est le déplacement de son regard non pas sur l’individu qui est un aspect propre à la sociologie, mais sur les interactions qu’il engendre. Le concept théâtral couplé à celui de l’intérêt expliquerait la raison des motivations de chaque individu.

Pour  Howard Beckert l’objet de son étude est à une échelle encore supérieure que celles vues précédemment : les modes de vie et la ville permettrait d’expliquer la motivation des individus. 

Selon lui, il y existerait trois composantes essentielles pour l’analyse sociologique de la ville : sa taille, sa densité et son hétérogénéité. Ces outils serviraient à percer les logiques sociales qui structurent les phénomènes urbains comme mode de vie. Leurs conséquences s’observent à la fois sur le citadins en tant qu’individu et sur le lien social entre les citadins. En effet l’augmentation de la densité implique un lien social direct moins fréquent et plus ténu, les relations sociales deviennent superficielles et se réduisent alors à une visée utilitaire et de dépendance entre chaque individu.

L’approche sociologique s’interrogeant sur le mode de vie urbain et les liens qu’engendrent l’environnement urbain sur les citadins produit un outil formidablement puissant pour l’appréhension des phénomènes urbains dans le contexte culturel actuel. Il est alors nécessaire (selon ce sociologue) d’étudier le phénomène urbain comme une interaction entre l’évolution  urbaine et la motivation sociale.

En conclusion,  la motivation des individus s’explique (selon Albert O.Hirschamnn) par un concept d’intérêt qui navigue entre passion et raison, l’aspect psychologique de l’individu est mis en avant au sein d’une mise en scène théâtrale quotidienne (Erving Goffmann) où les interactions sont anlysées. Associé à ces deux concepts et à une échelle encore supérieure l’étude du mode de vie sur les citadins, et plus précisément de leur environnements qu’est la ville (Howard Beckert) nous permet d’identifier clairement les motivations de chacun au travers des interactions entre l’évolution urbaine et sociales des individus.

 

HUANG Bo, SEIGNOL François, GUO Chuan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s