Lisbonne Story

Réalisation et scénario : Wim Wenders
Acteurs principaux : Rüdiger Vogler, Patrick Bauchau, le groupe de musique Madredeus
date : 1994
Phillip Winter est un ingénieur du son allemand. Un jour il reçoit une carte postale de son ami
réalisateur Friedrich Monroe lui demandant de venir au plus vite à Lisbonne pour l’aider à
terminer son film. Après avoir traversé l’Europe en voiture, Phillip arrive enfin à Lisbonne mais
Friedrich est introuvable. Il ne parvient à mettre la main que sur un film muet inachevé, tourné
dans les rues de Lisbonne. Il décide alors de commencer à mettre du son sur les images
tournées en attendant le retour de son ami. Au fur et à mesure que son travaille avance, il
découvre des indices sur Friedrich et fini enfin par le retrouver.
Ce dernier a abandonné le film muet et se laisse dériver dans Lisbonne avec un micro et une
caméra dans le dos. Il entend ainsi faire un film dénué de la subjectivité du réalisateur afin de
retrouver l’innocence et la pureté de l’image. Selon lui, de nos jours, les images (et donc la
vidéo) ne montrent plus, elles vendent. Elles sont perverties par l’intention de celui qui la
tourne qui en masquant par sa subjectivité ce qui n’est pas vu, enlève la vérité de l’image.
«J’aime vraiment cette ville
La plupart du temps, je la voyais vraiment, avec mes yeux.
Mais viser avec une caméra ou une arme, c’est pareil.
Quand je visais, c’était comme si … la vie se retirait des choses.
Et je tournais, je tournais, mais à chaque tour de manivelle, la ville s’éloignait, elle s’effaçait
toujours d’avantage
(…)
Mais il existe un moyen, et j’y travaille.
Une image qui n’est pas
vue ne peut rien vendre. Elle est pure, donc vraie et belle, en un
mot : innocente.
Tant qu’aucun oeil ne la contamine, elle est en harmonie avec le monde.
Si elle n’est pas vue, l’image et l’objet qu’elle représente s’appartiennent.
C’est seulement quand on regarde l’image que la … chose en elle meurt.
J’ai tout filmé le dos tourné.
Ces images montrent la ville telle qu’elle est, pas telle que je la voudrais.
Les voici dans le premier sommeil de l’innocence, prêtes à être vues par une génération
future aux yeux différentes des nôtres.»
Mais ce film qui au premier abord peut paraître comme une de réflexion sur le cinéma est
avant tout une découverte sensorielle et poétique de Lisbonne.
Les plans fixent et longs se succèdent, les acteurs y évoluent dans le cadre urbain qui est
posé comme une toile de fond. Cependant, la ville n’est pas qu’un simple décor, son
charme, sa tranquillité, sa piété et sa chaleur imposent au film un rythme lent et lyrique qui
laisse observer une foule de détails qui caractérisent Lisbonne et ses habitants.

Trois types de plans nous laissent percevoir la ville à différentes échelles.
Les plans larges présentent des panoramas urbains. Ils soulignent par la planitude de l’océan
et l’échelle territoriale et métropolitaine de la ville, ou par leurs verticalité, font jaillir la
topographie escarpée de Lisbonne ; le bruit y est confus est chaotique.
Les plans rapprochés montrent les rues, les architectures, le décor urbain de la ville et son
identité physique.
Enfin les plans intimes présentent les ambiances intérieures, les habitants et nous font
comprendre l’organisation sociale du milieu où évolue le narrateur.
Phillip et les autres acteurs ne parlent pas beaucoup, ils écoutent la ville. En effet, le
réalisateur a cherché à axer son travail sur la découverte urbaine par les sens, le personnage
principal nous fait découvrir la ville en la parcourant avec son micro afin de restituer les sons
du film muet inachevé de son ami Friedrich. L’orientation de son micro focalise l’intention sur
ce qu’il veut nous faire écouter, alors que le plan visuel reste le même.
Wim Wenders présente ici un film dans la continuité de
Alice dans les villes
, une découverte
urbaine à travers la recherche d’un but inconnu ; une histoire d’errance, de doute mais
cependant optimiste.
phénoménologie de la ville
Chambrin Darius
Audouin Muriel
Mallet Noémie
Peupier-Lemerle Emmanuelle
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s