Monstre urbain

En 2012, Oxmo Puccino invoque une fois de plus ce monstre devenu sacré, la plus “lucifèreuse” des ville, rebaptisée Paname. Créature dont les artères grouillent d’une multitude grondante, quand ses viscères charrient des fournées de Parisiens pressés, de touristes épatés et d’amoureux lovés. Tous séquestrés plus ou moins volontaires de cette bête qui est leur cage, grandissant sans cesse à l’intérieur d’elle même jusqu’à imploser. Mais, dans ce zoo où l’on se montre où on se cogne, l’été arrive comme une promesse de liberté. On prend soudain plaisir à se retrouver au centre de cette foule un peu plus dénudée, dans les parcs on oublie un peu notre captivité, mais gare à l’automne qui ne tarde jamais à arriver …

Jean Aubert, Guillaume Clément, Pauline Grolleron, Lorène Sommé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s