Tagué: libération

Synthèse : Science Fiction

Sci-fi vs Réel

À travers ces quelques articles, nous avons pu nous rendre compte de l’importance et de l’impact que peuvent avoir les récits de science-fiction ou d’anticipation dans notre vie. Qu’ils soient retranscrits dans les livres, les journaux, le cinéma ou encore l’architecture (construite ou non), la science-fiction projette notre société dans le futur avec tout ce que cela implique. Elle permet d’imaginer notre devenir selon un spectre particulier, la sécurité et la surveillance, la machine et l’automatisme ou encore la technologie. Quoi qu’il en soit, la science-fiction représente toujours l’action de se projeter dans l’avenir en se référant plus ou moins au réel ou bien en mettant l’accent sur certaines caractéristiques de notre société. Cet exercice semble très lier à l’enseignement de l’architecture, en effet, la tâche de l’architecte peut être d’imaginer la manière d’habiter ou de parcourir la ville de demain. D’ailleurs, en tant qu’étudiant, nous avons pu plancher sur des questions consistant à penser et dessiner une voie publique de Paris dans 30 ans ou encore d’imaginer notre quotidien d’architecte dans 20 ans. Tout cela, pour intégrer les préoccupations de la science-fiction dans nos études, mais à l’échelle et à travers l’architecture. Nos recherches autour de l’architecture soviétique des années 70-80 ont pu nous montrer comment l’architecture pouvait accompagner des revendications d’ordre politique, mais aussi un message social.

Cependant, la science-fiction s’attache souvent à des sujets et des craintes plus délirantes. Révolution des machines, invasions extra-terrestres, catastrophes naturelles ou encore colonisation de nouvelles planètes. Mais, quand Jules Verne écrit 20 000 lieues sous les mers en 1870, on est très loin de penser que ces rêves de machines sous-marines vont se réaliser au 20e siècle. Spéculations délirantes ou prédictions de l’avenir, la science-fiction se place toujours à mi chemin, mais elle reste cependant un facteur de compréhension de notre société actuelle en ce qu’elle traduit et met en exergue nos habitudes et nos comportements.

En général les œuvres de science-fiction nous invitent à réfléchir à un trait de société en prenant une caractéristique de ce trait et en la poussant à son paroxysme. C’est en se focalisant sur certains aspects que ce genre captive et qu’il représente un intérêt pour la société. À travers les différentes œuvres de science-fiction que nous avons consulté nous avons, de manière générale, ressenti comme un appel à réfléchir sur notre condition actuelle et à la rendre meilleure.

Mieux vaut prévenir que guérir.

Félix Gautherot, Goulven Le Corre et Vincent Macquart

Publicités

La Ville panoptique

Image

La ville panoptique

Samedi 30 Novembre 2013 le journal Libération se projetait 40 ans dans le futur à l’occasion d’un numéro spécial week-end. Il était question d’imaginer ce que serait notre quotidien dans quatre décennies. Selon la une, le samedi 30 Novembre 2053 sera marqué par un gigantesque black-out d’internet, entraînant une panique générale à travers le monde. D’autre part on pouvait lire que Paris deviendra une ville régulièrement inondée à partir de 2027, que le festival de Cannes se déroulera à Dubaï, que le centre névralgique du cinéma mondial se déplacera de Hollywood à Lagos au Nigéria, ou encore qu’avec la dépénalisation du cannabis les quartiers Nord de Marseille deviendront prospères. Un article « Paris, la vue mode d’emploi », a particulièrement retenu notre attention. Son auteur Philippe Vasset, s’inspirant du roman de Georges Perec « La vie mode d’emploi », dépeint la manière dont Paris s’offre en spectacle à travers de grandes baies vitrées. « Apparemment frustrés des demi-mesures qu’imposaient les réseaux sociaux, les Parisiens ont voulu exposer leur vie 24 heures sur 24, et plus seulement par intermittence ». Les façades d’immeubles remplaceraient alors les écrans, les habitants joueraient en permanence un rôle sachant pertinemment qu’ils sont observés. La référence à « Playtime » de Jacques Tati nous semble ici inévitable. Dans ce film tourné il y a 46 ans (ou 96) la société moderne était décrite comme froide, distante au travers d’une architecture de verre. Dans le même esprit, le Paris de Vasset imagine les gens tels des robots s’activant derrière des immeubles vitrines, ne laissant aucune intimité. Le spectacle n’est plus dans la rue mais dans les appartements, tout le monde s’observe, une société hollandaise poussé à son paroxysme. En 1922, dans son roman de science-fiction « Nous autres », l’auteur soviétique Eugène Zamiatine imaginait déjà une ville entièrement faite de bâtiments de verre. Du sol au plafond les immeubles étaient transparents, par conséquent les hommes s’observaient, se copiaient, perdaient leur identité et finalement ne devenaient que des numéros. Dans l’article de Vasset, cette perte d’identité de l’homme se traduit par « un accord avec une ou plusieurs marques – de vêtement, de meuble ou d’ustensiles ménagers – dont il fait la promotion dans son appartement ». Les parisiens deviendraient de véritables publicités vivantes. Le film « The Truman Show » interroge ce même rapport entre vie privée et marketing au travers de la vie de Truman Burkank. De notre point de vue, ce voyeurisme banalisé est inévitablement lié à la question de la transparence. Colin Rowe et Robert Slutsky dans “Transparency : litteral and phenomenal” avaient soulevé l’opposition qu’il pouvait exister entre une transparence pure, cristalline, une transparence littérale et une transparence perçue dans l’espace, plus subtile, une transparence phénoménale. Cet article de Libération annonce la victoire déjà amorcée au XXème par la transparence « apollonienne » sur une transparence plus « dionysiaque ».

ImageImage

Vincent Macquart, Goulven Le Corre et Félix Gautherot